La maison Chorizo

8 02 2008

« Et là c’est la cuisine. » elle m’avait dit.

« Haaa, effectivement. » avais-je repondu, amusé par l’evidence. Car decouvrir que la presence d’un evier et d’un frigidaire dans une piece lui donnait le titre de cuisine etait une revelation rigolote. Je m’amusais de cette bienveillante visite orchestrée par une proprietaire prolixe en anecdotes sur ses aieux qui jadis construisirent cette etrange maison.

Sur le coup, j’avais trouvé l’endroit d’un interêt assez relatif. Ce fut quelques mois plus tard que, par curiosité, toute la charge culturelle et historique de cette demeure me sauta à la goulle lorsque l’on m’apprit que j’avais visité un symbole d’architecture argentin: la maison saucisse. ( la casa chorizo).

Casa chorizo de Junin, un symbole argentin   Plus elle sont vieilles ( les maisons!), plus elles sont belles. 

Grace à mes studieuses recherches sur le sujet, je me rendis compte que cette anodine maison possède la particularité d’offrir une grande flexibilté d’usage et d’adaptation selon les gouts, le niveau social et economique du foyer. Les murs de briques rouges jusqu’a ses plafonds hauts faits de torchis et de poutrelles de bois supportent un toit « terrassé » sur la totalité de sa surface. La seule et unique porte d’entrée, perçée de deux montants vitrés semi ouvrables sur la rue, permettent de ventiler le couloir jusqu’au patio interne. Les pièces sont rudimentaires et la cuisine est construite dans un coin du patio, eloignée par commodité du reste des pièces de vie. Il est frequent de trouver deux ou trois pièces adjacentes au couloir central sans lumière naturelle, sans fenetre ni aeration.

Cette decouverte inouie m’a fait tombé amoureux de la casa chorizo. Il en reste encore quelques unes originelles dans l’interieur du pays, dans les quartiers populaires. Je sais déjà que quand je serai grand, j’en aurai une. Elle sera comme celles que construisaient les premiers immigrants italiens en 1820, comme ça:
 

Faut voir large dans la vie!

Et même que je mettrais peut-être du parquet dans le salon, je ne sais pas encore, j’hesite.


Actions

Information

4 responses

8 02 2008
Patrick

pas de piscine ?

8 02 2008
Bruno

Il y a quelques années j’ai eu aussi le plaisir de visiter une casa de type chorizo appartenant à une mamie qui l’avait conservé dans son architecture originelle dans la ville de Bs As, dans un quartier excentré (Saavedra). Il y en a encore quelques unes mais c’est vrai que ça devient rare, et je partage ton gout pour ces maisons.

9 02 2008
argentin

On vit vraiment un depaysement charmant lorsqu’on passe le perron de marbre de ces maisons. Les Argentins semblent les delaisser pour des constructions plus contemporaines ou des building. Dommage car retaper une maison chorizo ne requiert pas un budget faramineux. Je les trouve en bon etat malgré une legère decrepitude. L’etat devrait prendre des mesures de sauvegarde du patrimoine urbain afin d’eviter leur demolition.

11 02 2008
Marinette

Une maison s’etirant comme une saucisse?…Je ne connaissais pas. Un air d’appartement parisien, le patio en moins. Il est effectivement facile de s’imaginer le charme provoqué par ces constructions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :