Le carnet de co-pilote.

7 08 2007

Nous avons parcouru l’Argentine sur pratiquement 2700 km (sans compter les petits detours) soit grossièrement l’equivalent d’un allé/retour Paris-Bratislava. Le tout en longeant d’une part le rio Uruguay puis d’autre part le rio Paranà pour terminer le road movie à Iguazu, coté argentin, bresilien et Paraguayen ( je sais pas si ça se dit comme ça?!). On ne pouvait pas se tromper et nous ne nous sommes pas trompé. Comme je suis super ordonné et que nous avons fait moultes escales, pauses et visites afin de se degourdir l’esprit et les jambes, je vous raconterai dans ce premier post uniquement notre « Macadam-story » sinon on ne s’en sortirait pas, on ne pigerait plus rien et ce n’est pas l’objectif de cette presentation touristique personnalisée pleine de rebondissement, de suspens et de charmes.

Un depart à l’aube, la ruta 9 puis 14 dejà bien encombrées de poids lourds qui vous doublent à 140 km/heure, des voitures cercueils ambulants ( comprendre sans phares, sans plaque ou sans capot), et j’en passe et des pires. Bref, un traffic normal. Le but du jeu est de decouvrir 3 provinces: Entre Rios, Corrientes et Missiones. Je tiens a vous preçiser ici que la province de Corrientes est une zone à 80% marecageuse, pratiquement vide de toute civilisation  offrant des routes defoncées ou en travaux, pas tres appreciées par les vehicules anciens comme le notre. Une premiere nuit à Chajari, la region des oranges ( jolie petite ville sur la ruta 14 à Entre Rios) apres avoir visité le palace du general Urquiza puis une palmeraie naturelle, une deuxieme nuitée contraints et forcés à Virasorro (une ville toute marron dans Corrientes) pour cause de cassage de direction hydraulique de la voiture…On a perdu un jour sur le programme. Visite de la maison natale de San Martin a Yapeyu et des ruines Jesuites de San Ignacio..et arrivée à Iguazu. La route fut jolie, la terre etant de plus en plus rouge et poussiereuse en montant vers le nord pour devenir vraiment pourpre au nord de la province de Corrientes jusqu’a Igazu. Niveau vegetation, les paysages changent constament. La steppe se transforme en foret de pins, puis en palmeraies, puis en marecages, puis en foret subtropicale. Le maté se cultive par hectares entiers au sud de Missiones. Il n’est pas rare de se retrouver derriere un vieux coucou transportant 5 metres de sacs de maté vers la fabrique de recollection « las marias », qui conditionne et transforme toutes les recoltes de matés des grandes marques connues ici comme Taragui . A Entre Rios on y peche le Surubi, que nous avons degusté à Iguazu. c’est bon avec du roquefort chaud, surtout apres 6 heures de marches aux chutes…Nous sommes egalement allé coté Bresilien voir ce qui se passe par là. Muito electricidade! la plus grande centrale hydro-electrique du monde (itaipu) et des feux tricolores bizarres avec 10 ampoules chacun, j’avais jamais vu ça. Des sales routes avec des nids de poules enormes…dur dur quand on veut se faire un café en roulant, le thermos d’eau bouillante à la main…pauvre voiture. Pour le Paraguay, ben….faut que je vous avoue que nous n’avons pas osé sortir de la voiture à cuidad del este: l’antre de la contrebande, de la contrefaçon orchestrée par des mafieux pas tres clairs. Une forte concentration de paumés, d’escrocs pas tres propres sur eux, de commerçants minables qui courrent derriere votre voiture pour cause de plaque argentine. Pas tres safe, pas tres beau, triste panorama. Demi-tour bresil. Sachez qu’au bresil la vache sur les panneaux de signalisation est  plus dodue que son homologue argentine. Faut le savoir, c’est important.

Au retour, vers Gualayachu, alors que je conduisais, un policier me fit signe de m’arreter pour afficher un grand sourire en constatant ma nationalité. Non pas que je ne sois pas en regle puisque j’avais mon permis de conduire international, une autorisation officielle pour conduire le vehicule. La chose fut plus sournoise…..il en voulait à mon porte monnaie… Selon lui, j’avais doublé sur la ligne blanche ( qui est jaune en argentine) et lui tenir tete ne servait à rien, c’etait totalement faux et aucun moyen de prouver ma bonne foi… Je devais honorer une amende de 220 pesos sous 5 jours…pas gloop la nouvelle. Et tout ceci sans remplir aucun proces verbal, ni signé quoi que ce soit…Mon pote argentin, tres lucide sur les us et coutumes policières de ce si joli pays, comprit rapidement le but de sa machiavelique manoeuvre: le flic voulait du pognon, rien de plus et tout s’est tres vite arrangé avec un petit « dessous de table » main à la main de 20 pesos pour « l’asado del domingo » et un Clément outré de voir se qui venait de se produire. Honteux.

Pour la partie budget, sachez que la plupart des autos ( meme les Dodoches!!) carburent à l’essence/diesel (dire Nafta) et au gaz (dire GNC). La ford Taunus de Luis est egalement hybride. Nous roulions principalement au gaz, plus economique ( un plein: 12-13 pesos et 100 kilometres) jusqu’a Chajari, l’ultime station delivrant du gaz compressé sur notre route afin de terminer le periple en essence ( un plein: 50-60 pesos pour environ 300 kilometres). C’est bien car cela permet des arrets frequents pour la pause pipi et recharge de thermos d’eau chaude pour mon café et pour le maté de Luis, addict au maté depuis sa plus tendre enfance. De plus, vous etes obligé de descendre de la voiture quand le pompiste vous fait le plein de gaz, par precaution….J’ai vu 6 personnes sortir d’une renault 12 une fois. Dingue…

Voila pour la route.


Actions

Information

8 responses

7 08 2007
Castafiora

C’est encore moi qui commence : comme j’ai vu toutes les photos ce matin, j’ai pu tout bien suivre ce soir en me remémorant l’album ! Très intéressant tout ça, quand on pense que le Che et son pote ont fait un grand voyage en moto ! Tu as vu le film ? Ici, à la télé câblée on a même vu le tournage du film !
Bon, Clemencito, à suivre alors !!!
Bravo pour le chinois ! C’est tellement beau à entendre ! J’ai fait du Taï Chi avec des vrais chinois de Shangaï, et le quartier ici commence à se peupler de chinois pour les restau rapides, la pose d’ongles, le massage !!!! J’aime bien la musique des langues du monde et la musique du monde tout court d’ailleurs.
Un besito de Castafifi

7 08 2007
monie

J’ai eu le même problème de ligne jaune vers Mendoza (sauf qu’on avait vraiment doublé)… pour le coup on a fait croire qu’on parlait pas un mot d’espagnol, et le gars désespéré nous a laissé partir.
Quant à Ciudad del este on est sorti, ambiance très étrange mais intéressant à vivre (bien accroché à son sac).
Beau voyage en tout cas, ça donne envie

8 08 2007
Guillaume

Dis-moi Clément, la Ford Taunus c’est la caisse que je connais ?? Si c’est le cas, ton histoire n’est pas un « road-movie » mais un film d’horreur😉 2700 bornes et seulement un amor’ de pété? Elle est comme les vaches argentines cette voiture, élevée aux hormones….

8 08 2007
argentin

exact Guillaume, c’est bien cette voiture… c’est un tank cette caisse!

8 08 2007
Patrick

Un flic ripou et ça tombe sur toi ! Pas de chance.

8 08 2007
argentin

il y a plus de ripoux que tu le penses….les policiers argentins sont recrutés à l’arrache, les 3/4 ne savent pas lire, postulent pour la securité de l’emploi et se la peter devant les minettes. Vas leur parler de deontologie et de professionalisme dans ces conditions… c’est peine perdue…et si au passage ils peuvent jouer de leur pouvoir pour t’encu.. t’entuber, t’inquiete qu’il le feront.

22 10 2007
Mais que fait la police ? « Scavenblog, la brêche digitale

[…] Il faudra donc m’expliquer à quoi ça sert d’avoir des flics postés à chaque cuadra, leur lecteur MP3 dans les oreilles, si, de toute façon l’Argentine reste une “zone à risque”. On est bien loin des Experts CSI, des enquêtes menées avec ferveur et des méchants toujours enfermés… Non, ici c’est plutôt pot-de-vin et fatalisme… Ne soyons pas mauvaise langue cependant, j’ai été arrêté pour un contrôle papier la semaine dernière et aucune somme ne m’a été demandée (tu vois Clément, je suis sûr que tu avais un peu mordu la ligne continue)… […]

26 10 2007
Les réseaux structurels argentins (3.2/5): Les transports interurbain interprovinciaux et internationaux « Notre Argentine

[…] Pour les usagers de la route; Même si les grands axes du réseau ne sont pas trop mal entretenus , il faut tout de même prévoir certains désagrément: les piqueteros et les forces de Police. Si les uns ou les autres ont décidé de vous bloquer vous etes engagés dans une galère assurée dont on ne peut se sortir qu’à force de temps, diplomatie, dessous de table et ruses de navigation. Clément vous explique sa vision de ce type de nuisances… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :