Chose promise, chose dûe.

30 08 2006

 Il y avait en fait deux choix pour les visites: 14h ou 16h30. Ordinairement, le dimanche à 14h je suis encore au petit dej’ ( on est comme ça dans la famille), donc on a coché la deuxième possibilité. L’entrée du site etant tout pres de chez moi, nous sommes arrivés au quartier « manzana de las luces » assez tôt. Il se situe entre les rues Moreno et Peru. C’est ici que se trouve l’entrée des souterrains. Un petit spectacle de danse Folklorique en guise d’attente ( pour ceux qui visionnent canal 7 en Argentine, ça y ressemble). Des beaux costumes et des pas elegants qu’on pourrait grossierement comparer à un menuet Breton avec des pas de bourrée un peu plus compliqués. Ils mettent vraiment tout leur coeur dans la representation mais j’ai eu un peu de mal à partager cette passion. Je suis plus norah jones en fait. Notez le pour mon anniversaire.

16h42: Nous rentrons dans les entrailles de la ville. Les tunnels. Du vide. Du froid et le plus important: du mystère. La guide touristique n’est pas intimidée de gerer un groupe de 23 argentins ( qui bizarrement l’ecoutaient tous, sans brouhaha), deux uruguayens ( reconnaissables au thermos de maté à la main) et un français ( tout souriant apres un petit dejeuner copieux). Elle commence son speech. Shuttt derrière! Mais laissez moi passer enfin, j’entend pas ce que dit la dame! Les tunnels sont coupés par de mechants mûrs de beton because construction des lignes de metro, quel dommage.

La guide nous apprend des tonnes de choses. Je vous resume:

Les jesuites construirent toute une gallerie de tunnels sous la ville au 18° siecle, apres deux siecles d’opulence due au commerce juteux de cuirs, metaux, viande dont ne reste aujourd’hui que el patio de la procuraduria, un grande coursoire en briques rouges ou ils entreposaient les vivres provenant des missions. Ils ouvrirent la premiere pharmacie de Buenos Aires, la premiere eglise ( iglesia San Ignacio: 1516) qui existe toujours et qui se visite, le premier college ( colegio nacional) de style baroque dans ce tout petit quartier de la ville. Buenos Aires City est donc née ici. Grace à qui? Aux jesuites. Ca va, bravo, vous suivez.

Et ces tunnels? Pourquoi diable ces tunnels? Oui, bon, j’y arrive…En fait, leur construction reste toujours mysterieuse aujourd’hui. On ne connait ni la date, ni l’auteur, ni la raison. Ce qui n’est pas le cas de ce post. Et c’est là qu’on deçele le talent de la guide qui use de « imaginez vous… », « Mettez vous dans la peau d’un jesuite.. ». En fait, il aurait été probablement possible de supposer fortement une eventuelle fonction de contrebande obscure entre le port et les commerces connectés par ces galleries. Ensuite, durant les menaces coloniales espagnoles, anglaises, française et du danemark elle a dit aussi, ils ont arreté de frauder pour s’en servir comme defenses strategiques. On sait qu’ils ont eté utilisés pour la defense de la ville contre les anglais en 1806.

argentine-005.jpg

Apres cette enrichissante visite, on a voulu se restaurer au café las violettas, celebre pour avoir eté chanté par Gardel, sur l’angle de rivadavia et medrano. Fallait faire la queue pour un chocolat a 7.5 pesos. J’y crois pas! Encore une victime de son succes. Photo prise de la rue et retour a la casa car il y a une epidemie de grippe en ce moment.

Publicités

Actions

Information

6 responses

30 08 2006
Fredo

Excuse de te signaler que la « photo prise de la rue » du café viloeta a du resté dans la rue car elle n’apparait pas sur le post??!!!

31 08 2006
Gus

je suis Americain et j’aime les posts que tu ecris ici. C’est vrai que attendre est un « art de vie » argentine. Parlant d’attente dans la rue, je sais que le Tortoni caffé est dans le meme situation, l’irish pub wilkenie’s egalement avec un ticket pour entrée a 15 pesos. J’ose dire que c’est exagerer, n’est ce pas!

31 08 2006
monique

L’effectif de chaque pelerinage et itineraire spirituel etant limite , nous vous recommandons de ne pas tarder a vous inscrire aupres de frere Clement pour vous assurer d’obtenir une place

1 09 2006
argentin

Monique, je ne peux pas me charger des flux de touristes, je n’ai toujours pas mon DNI, à la difference d’une certaine certaine jeune fille dont je tairai le nom, qui m’a averti qu’elle l’a eu aujourd’hui même…c’est injuste, je suis jaloux!
Merci gus pour ce commentaire tout pleins d’infos sur la vie « queuetiere » argentine, j’apprecie.
Et fredo, l’eternel raleur devant l’infini, je n’ai rien à te dire! na! ( en fait je sais pas ce qui s’est passé, je la pensais chargé la photo…) je la mettrais plus tard.

24 11 2006
nounoursfred06

encore merci pour ce petit intermed historique dont je suis tres friand mais la suis resté un peu sur ma faim je veut savoir pourquoi ils ont été construittttttt

4 11 2007
René

Très cool, ton journal, Clément. Pour ce qui des catacombes à odeurs jésuites des abords de la ville, jamais entenu parler. Pire, parler de même. Lors de mon prochain séjour, je dois creuser l’affaire. Bravo, tes images sont abondantes et souvent j’envie ton point de vue, du genre, la série Jaune et noir, vachement fin. Aussi, ton reportange matinal à la course, récemment. Alors, dis, tu as de bonnes idées. Hasta pronto.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :