L’ Argentine obsédée par le Dollar

24 09 2013

peso   En Argentine, se procurer des dollars relève du parcours du combattant. Ce qui est difficile à comprendre pour nous, petits français. En effet, devant les régulières bouffées d’inflation et de dévaluation du pesos argentin, le dollar est devenu le saint Graal des Argentins, un étalon fiable  tout comme le deutschemark avant l’euro.

Seulement, en Argentine, une flopée de magouilles et autres trucs non-officiels sont apparus puisque les banques sont les seules autorisées à donner des dollars à ses ressortissants. Du style, toi, t’as une bonne bouille, tu peux en avoir, toi non…. Quid des critères d’attribution? Mystère et boule de gomme. Par lassitude et désenchantement face à ce mur bancaire, le "dollar parallèle", sous le manteau, est né , évidement bien au deçà des taux officiels de change. Autre combine: Le "dollar blue" qu’on se procure auprès des "arbolitos" (cqfd:vendeurs à la sauvette), mais aussi le "dollar tarjeta" pour les achats payés par carte à l’étranger, car ce mode de paiement permet d’être surtaxé par la banque de (seulement – sic!) 15% par rapport au taux officiel ( le dollar parallèle, dépassant allégrement  les 50% -double sic!)) ce qui revient concrètement à subventionner les dépenses à l’étranger des classes aisées à hauteur de 4 à 5 milliards de dollars par an…

Le petit dernier est le "dollar azafata" ("le dollar hôtesse de l’air"), un peu plus cher  (triple sic!): il faut bien rémunérer les employés de compagnies aériennes (et autres professionnels se rendant souvent à l’étranger) car ce sont eux qui vont vous retirer de l’argent à l’extérieur du pays,  genre une "mule" du billet vert.

La prolifération de tous ces taux chaotiques  ("dollar ladrillo" pour les opérations immobilières, "dollar gris" etc. etc.) permet aussi de "bicicletear" (faire tourner) l’argent en jouant sur les marges différentielles et les petits gains réalisés (c’est le principe de fonctionnement des bureaux de change officiels et des "arbolitos", l’argent vaut de l’argent, ce qui permet de faire avancer la bicyclette: le dollar)

Mais que fait le gouvernement? Me direz-vous. Nada ma bonne dame. Il laisse faire, car ce système profite bien allégrement à ses propres dirigeants! Ces  bicyclettes financières sont un trésor pour qui sait bien le manier….

Voici le site de tous les taux ubuesques disponibles sur http://dolarblue.net/, un vrai bazar: dollar bleu, parallèle, tarjeta, azafata et vert, et les debuts de l’Euro dans cette spirale sans fond… c’est tout un arc-en-ciel !

 (Source: Mediapart.fr)





Pâques et les fériés en Argentine

26 03 2013
Les fériés argentins

Les fériés argentins

Voilà pourquoi j’aime l’Argentine: ses innombrables jours fériés, parfois "flottants". Les fêtes de Pâques sont un bon exemple de cette différence avec la France. Ce férié commence en Argentine le jeudi et finit le dimanche, soit déjà 4 jours de repos dans notre besace. Mais cette année, il faut y rajouter le Lundi car le 2 avril correspond au jour des Malouines. Donc, on récapitule: Je suis en vacances Mercredi soir et je bulle Jeudi, Vendredi, Samedi, Dimanche , Lundi et Mardi….., Devant cet éphéméride aussi généreux, je me suis vite mis à chercher combien de temps faudra t-il attendre avant de buller encore une fois: Voici ci dessous la liste complète des fériés argentins (attention, ça pique les yeux!):

1°janvier: Jour de l’an; Mars ou Avril: Jeudi, vendredi, samedi et dimanche de pâques; 1°mai: fête du travail; 25 mai: fiesta de la patria, (révolution de mai 1810); 20 juin: dia de la bandera, mort de Manuel Belgrano qui le premier hissa le drapeau argentin; 09 juillet: Fête nationale, (indépendance du pays en 1816); 17 août: Dia de San Martin, le « père de la patrie », le général José de San Martin (1850); 12 octobre: dia de la raza, fête de l’hispanité, (découverte du nouveau monde); 08 décembre: fête de l’immaculée conception; 25 décembre: Noël ( Férié automatiquement décalé au lundi le plus proche).

Et tenez vous bien, tous les prétextes sont bons pour inventer des réunions de 15 à 60 personnes jusqu’à pas d’heure ( qui ne donnent pas pour autant de jours fériés) et les argentins y tiennent beaucoup. On notera par exemple la fête des pères ( 3° dimanche de juin), des mères (3° dimanche d’octobre), des grand mères, des enfants, des amis ( dia del amigo: 20 juillet) à laquelle les argentins attachent une grande importance. Un petit regret: le 1er avril n’existe pas, les blagues c’est donc pour le 28 décembre, au jour des innocents; le 21 septembre, on fête le printemps ( et oui, on a la tête en bas!), les étudiants et on offre des fleurs aux femmes. En fevrier-mars, c’est carnaval. Surtout dans le Nord Ouest, ou la fête dure plus d’une semaine et est singulièrement décorée et animée. (Le plus connu: celui de Gualeguaychu). Il y a aussi la fiesta de la vendimia à Mendoza, avec l’élection de miss grappe de raisin inclue! Les anniversaires donnent également lieu à de grandes réceptions surtout celui des 15 ans des jeunes filles, pour fêter le passage à l’adolescence. Enfin; si vous avez l’opportunité de vous promener dans le micro-centro de Buenos Aires le 31 décembre après-midi, vous serez noyé sous une pluie de feuilles car tous les employés de bureau de la ville jettent leurs papiers de brouillon, archives et tout le reste par les fenêtres pour marquer la fin de l’année!

Bon, sur ce, je vais buller un peu tiens.

Joyeuses pâques!





Le chiffre du Jour

4 03 2013
ou un soir ordinaire de consommateur argentin

27 minutes

C’est mon nouveau record de temps passé à poireauter dans une file d’attente. Et c’était chez Coto, l’enseigne de petit supermarché de proximité. J’enrage, je bous, je suis cramoisi. Que se soit à la banque, au caisse du supermarché, dans une administration ou encore à l’arrêt de bus, faire la queue est un sport national. Et il faut être fin stratège pour tenir son agenda ici. En règle générale, j’affiche une moyenne de 14 minutes de queue, tous secteurs confondus mais aujourd’hui…pffff….. 27 minutes… A pestiférer contre la fatalité car aller dans un autre supermarché (à 3 kilomètres)  n’aurait pas été mieux. Il y a trop de consommateur pour trop peu d’offre….Agenda "flexible" et désorganisation hautement conseillée. j’enrage….





L’Argentine, la Pub et Désireless

12 12 2012

Ce sont mes élèves de Français qui vont être contents. Les petits enfants de Désireless peut-être un peu moins…

(En ce moment sur les télés argentines)





INDEC, un mensonge à 13 pesos

8 11 2012

Il faut que j’appelle l’INDEC (l’équivalent de l’INSEE pour le calcul de l’inflation) pour qu’ils m’expliquent comment, selon leurs dernières stats, peut-on "vivre" avec 13 pesos par jour en Argentine?

L’Indec, en publiant ces chiffres ubuesques, grotesque et aux méthodes douteuses, n’en est pas à son premier coup de Trafalgar. En 10 ans, cet organisme officiel s’est vu remettre plusieurs fois à sa place par le FMI, mais là, c’est la goute d’eau qui fait déborder le porte-monnaie. Pendant ce temps, les argentins paient leur boucher avec des liasses de billets de 100 pesos (taux de change à 6,2 pour un €) tant l’hyperinflation est courante, genre brouette allemande des années vingt mais sans planche à billet. On perd de l’argent rien qu’en respirant!

Et cela ne s’arrête pas là. Grands amis devant l’éternité (sic!), les économistes anglais* on carrément préféré avoir recours à un organisme privé américain pour calculer le véritable taux d’inflation en Argentine! Là où le guide Michelin envoie des clients mystères dans les restos, des économistes encagoulés sont mandatés en Argentine!  C’est un vrai James Bond ce truc!

Devant toutes supputation affabulatrice, reprenons notre classique panier de la ménagère:

2010                                                                            2012

  • Cinéma : de 20 à 25 pesos                                          de 35 à 45 pesos
  • Café noir au bar: 2 à 5 pesos                                     de 10 à 15 pesos
  • Timbre pour la France: 6 pesos                              9 pesos (et prévoir un mois)
  • Restaurant : petit gastro 60 pesos                          petit gastro 120 pesos
  • Bière au bar : 10 à 15 pesos le litre.                         12 à 18 pesos le litre
  • Salaire minimum à Buenos Aires: 2500 pesos     3500 pesos (subjectif)
  • Course en taxi : 4 pesos environ/kilomètre.          6,25 pesos/ kilomètre
  • Ticket de bus : 1,10 pesos                                           2 pesos
  • Ticket de métro : 0,75 pesos                                      2,50 pesos
  • Ticket de train: 0,80 en première zone.                  1, 50 pesos
  • Coiffeur sans chichi: 30 à 40 pesos.                        50 pesos
  • Caddie mensuel ( une personne) : 600 pesos.      2000 pesos
  • Plein d ‘essence (le litre): environ 4 pesos.            environ 7 pesos
  • Consultation médecin: 80 pesos.                             100 pesos
  • Un bon petit vin: 25 a 30 pesos                                50 à 60 pesos
  • Hotel en walk up : de 100 à 200 pesos                   300 pesos mini

. En effet, alors que le taux d’inflation de l’Argentine est estimé par l’Indec à 10%, les organismes privés s’accordent à dire qu’il s’élève à près de 25%.  A vos calculettes!…Non mais: 13 pesos par jour, je crois rêver…

* Journal britannique The Economist, dans un article intitulé Don’t lie to me Argentina,





Une addition, deux mondes.

18 10 2012

..ou ce que les Argentins n’aiment pas chez le Franchute!
En apparence, Français et Argentins vivent dans le même monde. Pour avoir la réputation d’être la ville la plus "Européenne" d’Amérique latine, le centre-ville historique de Buenos Aires prend plus souvent des allures Haussmanniennes que pré-hispaniques . Mais les apparences sont trompeuses. A bien y regarder, ces deux mondes sont culturellement assez différents. Et tant mieux. Un exemple de la vie quotidienne: le pourboire.

« Los Franchutes son unas ratas ! »*
« Les Français sont tous des radins ! » m’a répondu un jour  un serveur lors de cette enquête socioculturelle (qui comportera plusieurs volets). Et le constat est unanime. Guides, taxis, serveurs vous le confirmerons. Le pourboire est difficile à traduire au pays du gaucho. Pourquoi un jugement si radical ? Tout simplement parce que nous sommes habitués au système du « tout compris » pratiqué au pays du Coq Gaulois, et par conséquent, certains n’ont pas le réflexe « propina », qui conventionnellement devrait se calculer entre 5 et 10% de la somme. Pourtant en Argentine, la propina  se donne pour tout, dès lors qu’un service est rendu. Surtout pour les restaurants où l’on vous comptera en plus sur votre ticket le prix de "l’usure des couverts" . Et croyez-moi, votre fourchette vaut de l’or (entre 15 et 20 pesos les couverts soit 4€) « Oui mais c’est déjà dans le montant tout ça ! » beuglerez-vous, irrités d’être soudoyé de tous les cotés de l’assiette. Oui c’est vrai, c’est énervant mais ici c’est comme ça !
Il faut savoir que dans certains restaurants, les serveurs ne touchent comme salaire que les pourboires laissés par les clients. Il m’est déjà arrivé de voir un étudiant argentin, employé à mi-temps dans un resto, revenir vers des touristes peu informés sur le point de quitter leur table et leur demander très gentiment si quelque chose leur a déplu pendant le service ou dans leur assiette… Avec les français, les scènes les plus cocasses se vivent à ‘addition. En effet, il y a bel et bien un fossé culturel : certains clients "oublient" que le service n’est pas compris ; d’autres sont mortifiés à l’idée de ne pas laisser assez, d’autres sortent directement la calculette. Et de l’autre coté de la table un serveur outré qui déduit que sa prestation est jugée catastrophique, ou que les français sont de sales radins… On n’est pas sortis de l’auberge.

*Les français sont des gros radins.

Et si je vous faisait payer la lecture de cet article, hein? ;-)





L’oeil du lynx

20 09 2012

Elles sont partout!

C’est d’un œil aiguisé, tel un Rouletabille cathodique, et ce malgré mon léger strabisme divergeant, que je me suis amusé à repérer les pubs tournées en Argentine et diffusées sur les chaines françaises. Et bien croyez-moi que cette année, il y a du beau monde dans ma besace! Bonne récolte 2012. En France, si vous avez le mal du pays, entre les pubs du PMU, Axe, Rexona, Peugeot 308, EDF, Citroen C3, et j’en passe et des meilleures , regardez-les bien: elles ont toutes été tournées à Buenos Aires.

Et en voici une, pour le plaisir de l’indicius revelatus au fond à la minute 00:09!

A plus les groopie’s ;-)





Même pas peur!

16 09 2012

 "Bonjour madame la vendeuse!  Mais…. c ‘est quoi ce truc là sur le comptoir?"

"Ça, c’est de la viscache!" me lance-t-elle, interloquée par mon ignorance. "C’est très bon. Vous en voulez un   pot?"

- "Euh…. bah……. je …… C’est quoi cette bête? Comment vous dites?"

- "Allez allez! " rétorque-t-elle en le mettant dans un sac, "voilà, tenez. vous allez vous régaler."

- "Bon…bah….merci. je vous dois combien?"

"38 pesos." (sic!)

Et voici ce que me dit Wiki.

Finalement, c’était bon ;-)





La règle du Klaxon

21 08 2012

   J’étais tout bonnement en train de siroter ma petite mousse “Quilmes” du samedi à la terrasse du café Chez Benoît sur la fameuse Plaza Paso (pour Les Platenses, qui connaissent bien cette place mais aussi pour ceux qui aiment savoir les détails croustillants et sans importance de ma petite vie) lorsque je me mis à réfléchir sur l’incontrôlable envie des Argentins à klaxonner n’importe où, pour n’importe quoi. Et, en y regardant de plus prés…car il faisait beau et j’adore faire le badaud aux terrasses des cafés…J’ai pu établir ma petite règle à moi sur ce sport argentin qu’est "tocar la bocina":

1°: l’Argentin use de son avertisseur sonore lorsqu’il estime que le traffic est trop lent à son goût. Les voitures de devant et derrière klaxonnant aussi, y a pas de raison après tout. Une loi du plus long "tut-tut" dont l’efficacité reste à prouver.

2°: l’Argentin use de son avertisseur sonore pour exprimer maladroitement une joie ou une satisfaction impromptue. Un but marqué par l’équipe de foot de son village, l’invitation à un asado surprise, un feu rouge grillé sur le fil par exemple.

3°: l’Argentin use de son avertisseur sonore ( et ne pas faire ici l’amalgame avec le n°2) pour exprimer son désir, mais à un lieu spécifiquement stratégique: à l’arrêt, au feu, devant le passage piéton. Entendez par là qu’il ne le ferait pas à un autre endroit. Il klaxonne énergiquement la gente féminine qui passe devant son pare choc et, par conséquent, son klaxon, qu’il s’empresse de presser énergiquement en l’agrémentant souvent d’une gestuelle et d’un langage, codifié dirons nous, par la fenêtre de sa voiture.

Voilà, c’était ma minute de réflexion pertinente et contemplative. Je m’épate, je m’épate. "Mozo, otra Quilmes por favor"!!  ;-)

 





RTL en Argentine!

16 08 2012

C’était hier, c’était RTL, c’était l’émission "autour du monde".Allez, on se met à sa fenêtre, on fixe l’horizon et on monte le son.

Cliquez ici

Bon voyage!





Argentine 2001, Grèce 2012: même combat.

17 05 2012

Souvenez-vous, en 2001, l’Argentine est endettée, et dévalue sa monnaie après un terrible Corralito pour éviter la fuite des capitaux en2012 La Grece et la Crise dollars. Les petits épargnant perdaient alors tous leurs dollars, convertis en peso avec l’interdiction de retirer leur argent. Une inflation énorme, une monnaie dévaluée, un pouvoir d’achat réduit en miette. Ça ne vous fait pas penser à la Grèce?  Hier dans un article de  libé l’ancien ministre de l’Économie argentin comparait  la situation argentine avec celle de la Grèce. Selon lui, "au plan économique, tout est semblable", à savoir (1) un manque de compétitivité dû à un taux de change fixe, (2) un pays en récession depuis 4 ans et (3) un déficit public énorme et une dette insoutenable.

Malgré tous les plans d’austérité entre 1998 et 2001, recommandés par le FMI (gel des salaires, hausses des taxes, coupes budgétaires…), l’Argentine a décidé fin 2001 de dire merde à tout le monde, de "sortir de la crise en dehors des chemins tracés par le FMI", de se mettre en faillite et de se couper de tout financement international. Bien sur, ce fut dur en 2002 et 2003, mais le pays  affiche depuis un taux de croissance impressionnant, en moyenne de 7,5% par an depuis 2004. Des chiffres qui font des envieux…

En Grèce, les plans d’austérités depuis 2010, dictés par le diabolique trinôme UE, FMI, BCE semblent enliser le pays : un déficit abyssal en 2011, une dette à 45 chiffres, une récession record de 6,8% sur un an! On commence à envisager une sortie de l’Euro, dévaluer sa monnaie et tenter de relancer le pays  en se passant de financements extérieurs pendant quelques années… Tiens donc. Bien sûr les pays voisins seront affaiblis à court terme par la contagion, pourrait entrainer le Portugal et l’Espagne dans la même chute et la même option de sortie. Certains parlent déjà "d’éclatement de la zone Euro", Mais pour les grecs, et sans penser aux autres, une sortie de la zone permettrait, tout comme l’a fait l’Argentine, de relancer la compétitivité du pays. c’est un bis-repetita…

Mais voilà: La Grèce n’est pas l’Argentine. Argentine avait jugulé ses prix des matières premières agricole, comme la viande bovine, le soja à l’international. (l’agriculture représente environ 50% des exportations argentines). Ce qui a fait que l’Argentine n’avait pas un besoin vital de financement sur les marchés étrangers, ce qui est loin d’être le cas de la Grèce, sous perfusion économique. Nous verrons bien dans les prochains jours si quelqu’un trouve la solution à ce gros bazar sous fond de FMI et de gros sous sous: sortie or not sortie?…Christine Lagarde, je te souhaite bien du courage et les paris sont ouverts.





La foire du Trône à Buenos Aires!

10 04 2012

Je viens tout juste de découvrir ce petit spot. Une merveille technique et artistique sur Buenos Aires. L’auteur s’appelle Fernando Livschtz et il met en scène la Casa Rosada, le Planetarium, le MALBA et la Place San Martin comme jamais vous ne l’auriez imaginé.  Grand enfant ou avide de sensations technologiques, cette vidéo est pour toi. Just enjoy.





Le saviez-vous?

10 12 2011

Vous mettez quoi sur vos nouilles? "du ketchup!" vous repondra tout bon francais habitué à la malbouffe et la cuisine facile. Sachez que ce petit geste simple (mais néanmoins succulent) saura provoquer les foudres de vos compagnons de tablée argentins, qui s´égosilleront probablement d’un tres sonore: " Nooo, no puede serrrrr, como haces esto?"* (en mode blasphématoire, les bras levés au ciel et la larme à l’oeil d incompréhension)… Eh oui, chers lecteurs, on ne badine pas avec les nouilles dans un pays  composé de petits-fils d’Italiens: on ne tolérera pas ce sacrilège suprême d’un des plus grands symboles de la culture Napolitaine, et on vous le fera vite comprendre. Un peu comme si vous, petit français, vous étiez témoin d une scène incongrue et grandiloquente comme celle de mettre des glaçons dans un bon verre de malbec! Et pourtant, c est une pratique plus que courante en Argentine. Bref, des petites histoires d’incompréhensions culinaires entre petits-fils d’Italiens et des petits-fils de français partageant un même repas…..

*: Mais enfin! t’es fou ou quoi?  pourquoi tu ne mets pas un fil d`huile d’olive, un pesto, un tuco a l ail, ou un peu de parmesano? Hein, pourquoi?





Mon hotel Préféré

2 12 2011

Saviez-vous que, sous mes airs rigolard et légèrement juvenile, je suis tout de même en possession d’un MBA International en Administration Hôtelière? Et bien sûr, mes amis et les amis de mes amis ne se privent jamais de me narrer leur derniers deboires insolites dans les hotels de Buenos Aires, ou comment ils se sont fait arnaquer en toute beauté sur le tarif… Et oui, ç’est le revers de la medaille: la dure loi de la Pampa. Donc, j’en profite pour vous mettre une bonne fois pour toute  en garde  contre les méthodes olé-olé des services de reservation des hotels en Argentine et, comme je suis gentil, je vous donne un "tuyau": ne reservez jamais votre hôtel "en direct" , surtout depuis la France (cqfd: par un coup de fil, encore moins par fax!), car vous aurez de fortes chances d’avoir des surprises à votre arrivée. Glanez auparavant le site de l’ hôtel, lisez bien les prestations offertes, regardez minutieusement les photos des chambres quand il y en a. Un conseil rempli de bon sens pour les plus paranos d’entre vous: servez-vous des  moteurs spécialisés en hôtellerie pour composer votre séjour à Buenos Aires. Il en existe une flopée, pour tous les goûts et tout type de sejour: (système de paiement sécurisé, infos pratiques et actualisées et le tout limpide comme de l’eau de roche). Et souvent, pour être semi-grossiste, vous aurez une bonification sur le prix! Vous aurez ainsi plus de temps pour fignoler les derniers details avec votre mutuelle pour votre couverture, les appels téléphoniques, le taux de change, les travellers chèques!  Et à vous Buenos Aires et les tangos endiablés!





La minute du Bedon

7 11 2011

Suite à une méticuleuse et pointilleuse enquête "terroir et franchouillerie" dans les rayons des deux principaux grand magasins de La Plata, je remarque que l’hypermarché "Carrefour" semble légèrement détrôné par son acolyte geant  américain "Walmart" en Amérique du Sud en terme de tout ce dont je raffole, parole de gourmand avisé. Constatez par vous-même mon panier de la menagère de mon Dimanche d’achats compulsifs:

L'appel du ventre

NB: il manque sur la photo une terrine de sanglier au cognac du carrefour qui à bizarrement disparue hier soir aux alentours de 21:30  ;-)





La TNT à Buenos Aires…

23 09 2011

… Si si, ça aussi c’est possible. Et c’est dingue je dirais même! Ce message est pour toi, cher téléphage expatrié de longue date.  Imagines-toi sirotant un maté avec un petit tango en musique de fond, dans ton patio à l’intérieur de cet immense pays qu’est l’Argentine. Imagines, fermes les yeux: tu es confortablement installé, il fait bon, le cui-cui des oiseaux te sussure à quel point ce pays bénéficie d’une incroyable douceur de vivre mais ton attention est retenue par un dilemme bien plus cornélien, une préocupante question: Je regarde quoi? "Josèphine ange gardien" ou "Le film de France 2" ce soir? TF1 ou M6? Je zappe  "Morandini" de Direct 8 pour laisser ma gamine regarder Gulli?  Non tu ne rêves pas cher copain de la génération cathodique,  tu lis parfaitement bien: Recevoir les 21 chaines en direct de la TNT en Argentine, c’est dorénavant possible. Je viens de le découvrir par hasard. Et ô surprise. Ca Marche.  Testé, pesé, emballé! C’est simple, sans logiciel, et c’est encore moins cher qu’un abonnement satellite en métropole.  Bon, pour ma défense, je dois avouer que je suis un télé addict depuis ma plus tendre enfance et que le fait d’avoir lâchement abandonné mes petits programmes chéris depuis mon arrivée en Argentine n’a pas été sans séquelles (!!) . Et quand je constate la pertinence des programmes locaux en ce moment, c’est un réel bonheur de faire le légume devant "Plus belle la vie" (!!!) et de remettre son cerveau en mode "dictionnaire français" quelques fois après une journée entière à s’égosiller en espagnol! Un plaisir cathodique en somme.

Bon, qu’est-ce que je regarde ce soir moi, hein? ;-)





Salon du livre 2011

24 04 2011

Bonne pêche 2011

 Une fois n’etant pas coûtume, je me suis royalement laché cette année…Une bonne cuvée, les principales maisons d’éditions bien représentées, choix thématique plus ample bien que je me satisfais du coté pratique du "livre de poche" et du rayon "roman". Et bien sûr, livrophage que je suis, j’ai fait la razzia (voir photo!) au stand français, représenté par la boutique "1000 y unas hojas" , avec qui j’entretiens toujours de bons rapports depuis leur ouverture. Par contre niveau prix, c’est la cata…. Le plaisir de lire revient cher les amis.

Profitez-en, c’est jusqu’au 9 mai à la Rural ( et c’est 20 pesos l’entrée)!





Special gros mots

21 04 2011

Il m’arrive parfois, avec mes élèves, afin de détendre les neurones après une règle de grammaire bien lourdingue, de jouer à répertorier les expressions et autres gros mots du vulgus local. Au deçà d’inevitables crises de rire, on essaye toujours de trouver leur équivalent en français. Et oui, je suis un prof genial! (sic). Au fil des mois, je me rends compte que l’Argentin est très riche en métaphore et, de ce point de vue, il existe toute une flopée d’expressions argentines très difficile à traduire dans la langue de Molière. Aujourd’hui, je m’y attèle et vous dévoile le fruit de quelques heures de vol de relâchement en cours lors de ma pratique du FLE en Argentine. Certaines expressions sont assez crues, âmes sensibles s’abstenir… Mais ça vaut son pesant de cacahuète:

  • Estar a full (con algo):   être débordé, à fond dans un truc.
  • Estar Re- (plus adjectif): Préfixe amplificateur. Etre vraiment (adjectif)
  • Ni loco, ni en pedo*: Hors de question.
  • Meter la gamba: Faire une grosse gaffe
  • Miravos!: Tiens donc
  • Que haces fiera? Que haces Titan?: Dialogue formaté taquin démontrant une connivence (Sans equivalent en français)
  • Che, boludo: Hé, Dis donc petit con (formule amicale)
  • No te hagas el piola!: Ne joue pas au plus malin avec moi!
  • Claro!: Evidemment!
  • Que barbaro!: C’est pas croyable (ironique) ou Super! Genial!
  • Chupate esa mandarina: Ca te cloue le bec hein!
  • Hablo yo o pasa un carro?: houhou, je te parle! Tu m’ecoutes?
  • Que caradura que sos: t’es une vraie tête de mule
  • Sos piñon fijo!: T’es con ou quoi?
  • Ser careta: être prout prout
  • Ser una rata: être radin
  • Ser como soplar y hacer botella: Facile! les doigts dans le nez!
  • Dificil que el chancho chifle: Ca m’étonnerait fort ce que tu dis là!
  • Es un Bagre*: c’est un thon (pour une fille pas très…gracieuse)
  • Es un descanche!*: c’est un gros bordel!
  • Es un quilombo: c’est un bazar! (on dit aussi "conventillo" plus formel)
  • Ser un falluto*: être hypocrite, menteur
  • Ojo el piojo: attention, fait gaffe!
  • Pibe, flaco, chabon: type (mec)
  • hablar sin ton ni son: tenir un discours totalement decousu
  • verbe + al pedo: verbe + inutilement, pour rien!
  • Sos un pato Marrueco (o criollo): T’en rates pas une toi! (une betise). On y rajoute quelquefois "a cada paso una cagada".
  • Ser el patito feo: etre le vilain petit canard
  • Vamos loco: (prononcer sans le "s") C’est parti mon kiki!
  • El dia que las vacas vuelan: le jour ou les poules auront des dents
  • Estar entre pito y flauta: être débordé de truc à faire, surbooké.
  • Quedar en pampa y la via: être dans une impasse ( dans la vie)
  • Menos averigua Dios y perdona: manière délicate pour éviter de repondre à une question embarrassante.
  • Para un poco: no es ni muy muy ni tan tan: Calme toi! C’est pas l’affaire du siècle!
  • Te gusta la bombilla de cuero?* : Tu serais pas un peu gay?
  • Estar en pedo*: être completement bourré
  • Estar al pedo*: ne rien faire du tout
  • Estar en la concha de la lora: être dans le trou du cul du monde
  • Carajo!*: Juron globalisateur….(très fort!)
  • Un cuento Chino:  Une histoire  à dormir debout

*: usage plus que  colloquial

Bien sûr cette liste est loin d’être exhaustive, je compte bien l’actualiser de temps en temps. De même que vos contributions et remarques complementaires, je n’en doute pas!

Allez une dernière pour la route: C’est une phrase culte que j’adore tirée du dernier film avec Darin, Un cuento Chino :   

"Como te trata la vida querido?"     "Como el culo!"       ;-)





Le saviez-vous?

28 03 2011

Comparatif Jan 2011

Special Essence: L’Argentine se place dans le top 3 des pays oú l’essence à la pompe est la moins chère du monde! Le chauffeur paiera environ 0,95 Dollars son litre, juste derrière les USA (0,74US$) et Mexico (0,66US$). Je ne prend pas en compte pas ici le cas  "hors norme" du Venezuela, pays dans lequel Chavez offre l’essence à ses concitoyens pour moins de 0,20US$, encore moins cher que le prix de l’eau!!  De l’autre coté du tableau, on trouve la Hollande, avec un litre d’essence le plus cher du monde ( 1,53 US$), talonné par le Royaume Uni et l’Allemagne. La France arrive en Septième place (1,37US$) du Classement derrière l’Italie et devant le Chili. En voilà une idée cadeau à votre retour en France: Un joli bidon d’essence!

Fuente: infotransporte





Ego

15 03 2011

18 02 2011  Bonjour,

(…) Je découvre la communauté  "blog" d’Argentine. Je tenais  à  vous saluer
et à  vous féliciter pour votre constance. Je ne sais pas depuis combien de temps vous évoluez dans ce beau pays, mais il est remarquable de rester ainsi faussement Candide et votre style est trés humoristique. Un regal. Certains articles m’ont fait hurler de rire et pourraient s’appliquer à d’autres parties du pays de Mafalda ou à  son continent!! (…) Cordialement.

Voila, c’est tout. Je voulais simplement que ce gentil petit message soit gravé sur ce blog… Merci Xavier.

Parce que je le vaux bien. ;-)





Nestor Kirchner est decédé

27 10 2010

Ce matin, l’info fut abasourdissante. Un arret cardiaque à 60 ans. Et le caos politique à venir. Cristina, officiellement au pouvoir, est dejà promue à etre remplacée, par les mêmes membres de son camps. Quel Bordel





Le scoop, le buzz, l’info

5 10 2010

La presse frenchie à Buenos Aires

Parce qu’il est penible pour le conjoint de devoir sans cesse repondre à nos sampiternels "Qu’est ce qui se passe?" ou autres "C’est qui celui là?"  devant le  journal télé, je vous suggère de devenir totalement au-to-nomes et in-tarri-sables sur l’actualité Argentine. En français de surcroit. Non, ne me remerciez pas, c’est cadeau. ;-)

Pour ceux qui, comme moi, souhaitent avoir un panorama en français et des points de vue précis, clairs et concis sur tout ce qui fait l’actualité dans le pays du Gaucho, je vous recommande trois journaux de la presse on line. Le petit journal, dans son édition Argentine,  la cédille, autre hebdomadaire généraliste et pour finir le trait d’union, un quotidien plus sérieux à mon avis. Ces 3 liens vont donneront la température des événements du pays et peut être vous apprendront tout plein de chose que vous ne soupçonniez même pas.  A vous maintenant de choisir votre favori, le style de plume qui vous convient et qui vous ressemble.

Bonne lecture et adieu les "No entiendo ni minga*"!

*: Je pige que dalle.





Des raçines et des ailes.

27 09 2010

- "Ya quoi d’interessant à faire ce week end?"      -"Bah, il y a la fête de l’immigrant à Berisso!"       -"La quoi?"               Ok ok, pas de panique, tonton Clément est là pour faire une serieuse concurence à wikipedia. lol. On met les basket et c’est parti!  Je vous invite. Je prend mon drapeau français et en voiture Simone. C’est pas tres loin.

La capitale de l’immigrant

Pour diverses raisons, sachez que les candidats européens à l’immigration au 19° jusqu’au début du 20° siècle se voyaient offrir un lit, une mutuelle, un lopin de terre et un travail inclu dans le paquet « bienvenue » des leur arrivée dans la ville portegne dans un contexte très attractif. Imaginez: Vastes terres vierges, un pays à construire, espoir de vie meilleure.

Un des 19 stands de la fête

La ville de Berisso, ville portuaire à quelques encablures de Buenos Aires, possède depuis sa création en 1871, une forte culture migratoire. Le fondateur etait un immigrant génois et au fil des années, les rues de la ville se teintent d’accents Européens. L’essence même de la ville est née. L’activité portuaire et  frigorifique florissant accentue la tendance jusqu’en 1960. De fortes communautés se développent, avec une intégration parfaite à faire palir les plan sociaux de certains pays!! Aucun heurt, aucun trouble et il y transpire un grand sentiment d’appartenance à la construction d’une ville très hétéroclite et cosmopolite.

Le spectacle de danse traditionnelles

Ainsi, dans ce contexte atypique, nait en 1976 la fête des collectivités de Berisso. Histoire de faire la teuf mais aussi pour pas oublier d’où l’on vient, pour preserver à l’unisson son identité.

Ainsi, les premiers week end de septembre, pour un mois, et ce depuis 33 ans, la ville ouvre ses portes aux cultures et traditions de ceux qui ont posés les premières pierres de la ville dans une ambiance bon enfant, populaire et authentique. De l’élection de la reine de Berisso, aux saveurs dépaysantes des stands gastronomiques, en passant par le spectacle coloré de danse et la fermeture des festivités avec un défilé en costume traditionnel de chaque communauté, Berisso, cette petite ville ouvrière sans bruit, nous invite à plonger dans son histoire, à nous meler à une fierté innée de ses habitants et à partager ce noble sentiment d’egalité et de fraternité qui semble faire cruellement défaut à nos sociétés dites modernes.

Ma copine Chechi et la joie du Ke Bhab

Pour rasasier votre curiosité (et votre espagnol), Le site officiel de cette fête est ici

Le seul representant français, c'est qui?

En chiffres, il faut savoir que cette fête est tres connue dans le pays, elle regroupe 5.000 participants, 19 pays et accueillent plus de 90.000 visiteurs chaque année. Dont un petit français cette année. Je vais voir si je peux monter le stand France pour l’an prochain… Je vous tiens au courant.





Un tango Nippo-argentin

2 09 2010

Un argentin vient de gagner le championnat mondial de tango 2010 ! Pas surprenant me direz vous. Et bien détrompez vous, ça l’est car cette place est depuis des lustres  réservée à l’élite japonaise. En fait, à y regarder de plus près, je ne suis qu’à demi surpris : Diego Ortega est argentin et son binôme Thizuko Kuwamoto, est Japonaise. De plus, Diego s’est formé dans une grande école de danse depuis 3 ans au Japon.  Je me disais aussi… Un argentin qui gagne le mondial de tango, ça ressemble à une blague. Vous aurez plus d’info ici. A vous de choisir la langue: en espagnol et en français. 

Pourquoi les danseurs du pays du soleil levant sont ils constamment les finalistes de ce concours si culturellement « argentin » ?

En fait, il faut faire un flash back de plus de soixante ans : les Japonais sont aficionados de tango depuis que leurs grands parents écoutent la radio libre dans leur pays. Quel rapport ? Je vous explique : Il nous faut remonter à la seconde guerre mondiale pour comprendre ce curieux phénomène. Selon le système d’alliance politique avec l’Allemagne et L’Italie (après 1942), ce pays devient subitement anti américain, et tout ce qui à un rapport avec l’occident est boycotté dans le pays. De fortes censures culturelles s’instaurent. Fini le rock’n’roll, la valse, le pop et le twist…Dur dur d’être jeune et fougueux à cette époque ! Quel courant musical, symbole de neutralité a le vent en poupe dans les années 40? Le Tango. Et oui, c’est simple comme choux, non. Ainsi, toute la société Japonaise se Tangotise en l’espace de 5 ans et devient experte en la matière à force de profusion d’airs de tango et autres milongas sur ses ondes.

Maintenant, si vous voulez briller dans les salons mondains, vous trouverez les bases de la fiche technique « tango », les diverses versions de sa naissance et de ses origines en cliquant ici. Car un peu de culture n’a jamais tué personne. ;-)

Des questions?





Partir en Argentine sans parler espagnol…

20 08 2010

… Ou Comment prendre une légère claque en arrivant.

"Bon sang, pourtant j’étais un des meilleurs à mes cours d’espagnol !". C’est le constat  redondant de tous les français débarquant à Buenos Aires avec un niveau d’espagnol et une phonétique lamentable, il faut le dire.

On vous avait bien dit: "Boh, tu apprendras sur place, tu vas voir c’est facile, c’est de "o" partout!". Mouais Merci les amis….Je vous la revaudrais celle là. Surtout lorsque je demande un café au bar (dites « Cortado ») et que le gentil serveur vous ramène un croque monsieur à la place (prononcez « Tostado »)…. On se sent seul dans de tels moments.

Et vous serez confrontés à une flopée de  malentendus, croyez moi. D’accord au début, ça fait parti du dépaysement mais on s’en lasse vite. Très vite même si n’avez pas au préalable exercé votre espagnol auprès de votre arrière grande tante Andalouse pour évaluer votre niveau. Pour le fun, voici une petite liste de ce qui peut allègrement vous arriver dans les rues de Buenos Aires:

- Se faire déposer en taxi dans un quartier louche par ce que vous n’avez pas su prononcer correctement le « J » de votre rue, ni le numéro (n°1679, c’est dur quand même!)

- Dans le même esprit, prenez un bus et ce sera panique garantie! Aucun arrêt ni horaire et que vous ne comprendrez rien à la grand-mère qui expliquera que la princesse Maxima habite dans le coin. Vous finirez à pied et en retard à votre rendez vous.

- Passer à deux doigts du gâteau triple chocolat-  dulce de leche en vitrine et récolter la tarte au citron rance à côté parce vous ne savez pas dire "noonnnn, pas celle-là !!!!"

-  Se retrouver avec une coupe style mulet (nuque longue) pour les audacieux  qui prétendent parler le langage « coiffure ». Remarquez, si vous souhaitez retrouver votre côté Cindy Lauper des années 80, allez-y, foncez !

- Louper un petit job de prof de français pour arrondir les fins de mois : comment pensez-vous répondre à vos élèves argentins ?  Les profs de français sourds sont rares vous savez.

- Rentrer chez vous avec 3 kg de poulet (et non 3 escalopes), un potiron (et non une orange) et 5 bottes de persils (et non une salade).  Ca calme.

- Se faire dépouiller par toutes les associations plus ou moins louches qui récoltent des fonds dans la rue et envoyer paître tout le monde, même s’ils veulent seulement savoir l’heure! Paranoïaque tu deviendras !

- Rater 14 fois son message du repondeur et ne pas savoir la modifier ("Hola, esta usted bien el telefono de Clément, y se no puede…oh mais tais toi j’enregistre un message là! Oh mince comment on fait pour l’effacer?! Oh, téléphone de mer*e!")

Bref, la liste est encore longue. Et je vous incite à apporter vos témoignages sur ce sujet. Histoire de se marrer ;-) La prochaine fois, anticipez les catastrophes avant de vous expatriez à l’autre bout de l’Atlantique ou faites comme moi prenez quelques cours sans scrupules : je suis passé dans les « très très bons » cette année, plus argentin que moi tu meurs!





Un mondial tres Espagnol!

2 07 2010

Faisons les comptes: L’Argentine, l’Espagne, le Paraguay et l’Uruguay sont toujours en lice pour la coupe du mondial de foot avec d’autres petites équipes ridicules qui n’ont aucune chance de gagner (sic!). Le mondial sera donc Espagnol ou ne sera pas. Parole de Clément.

Et comme je suis soucieux de votre bien être culturel, et pour titiller votre fibre latino lors des matchs à venir, je vous ai concocté un petit dictionnaire espagnol pour les nuls, orientation football, strictement réservé à l’usage de l’élite et des bien nantis comme dirait Desproges. Olé!

Voici donc le Ba-ba à savoir:

  • Cabezazo de loco:  Coup énorme et spectaculaire de la tête d’un joueur sur le ballon. Ca doit en effet faire mal, je vous le concède mais les joueurs de foot Sud americains ont très bien compris tout ce qu’on peut faire avec l’exterieur de sa tête. Chaque match à sa dose de cabezazo. Et il y en a des super risqués desfois. Ne pas confondre avec le fameux "coup de boule" de Zidane sur un corps humain, qui prendra le nom de "Cabezazo de Zidan".
  • Gooooooooooooooooool: comprendre "Super, l’équipe que je supporte vient de faire rentrer la balle dans les filets". Il faut bien sur le crier à  tripes deployées, avec surdose d’excitation, genre les yeux qui sortent des orbites et une bière à la main. Il est impératif que ce gémissement dure plus de 50 secondes pour être compris. Sinon s’abstenir. Sauter en gesticulant sera un petit plus très apprécié.
  • Mala leche: S’emploie lorsque la balle ronde, par tous les moyens et toutes les manières imaginables, ne rentre pas dans le but malgré de nombreuses et vaines tentatives fastidieuses. C’est un synonyme populaire de malchance, littéralement "poisse". On dit aussi "Mufa" mais pour le joueur. Il est conseillé de dire "Que mala leche que tiene este equipazo tché!" ( bah dis donc, ils ont une putain de poisse dans cette équipe!)
  • Albiceleste: Vous constaterez, lors de la finale le 12 juillet, que le joueur qui soulèvera la  grosse coupe du monde portera un maillot blanc (albi, latin aube) et bleu clair (celeste, latin ciel). Si si, vous verrez, je vous le predis. Bref un maillot albiceleste. L’adjectif existe également en français mais est très peu utilisé. Par contre ici, tout est devnu albiceleste avec le mondial. Avec la doucje froide des brésiliens, les argentins ont toutes leurs chances pour la victoire, alors commencez à prononcer convenablement ce mot. En phonétique, on le prononce à l’identique mais on rajoute un "é" à la fin: "albicélésté". Comme olé!
  • Arquero: Nan nan, je ne me suis pas gouré de sport. Ce mot désigne simplement notre "Goal" français. Je veux dire le gardien de but, le Barthez de notre époque à nous les vieux de 98. Et là je dis prudence car pente glissante chers amis: "Gol" en spanish veut dire "but" en français et "arquero" veut dire goal. Vous avez pigé le piège? Et là, vous pouvez commencer à parler couramment l’espagnol en faisant des mix: "Que mufa el arquero!" ou encore "un cabezazo de hijo de puta"…ha bah non, c’est le mot suivant celui là…
  • Hijo de puta: désigne tout joueur adverse ayant mis un but dans vos filets. Un but souvent mis par surprise, et déclencheur d’une amère rancune passagère. Sachez que ne pas crier son désarroi avec cette expression sera très mal perçu dans les pays latinos.  Il est même de très bon ton de faire précéder cette expression d’un "no te puedo creer" (J’y crois pas) ou "concha de la lora" (intraduisible sur ce blog élégant) en se mettant les mains sur la tête, faire un truc très lyrique style la larme au coin de l’oeil sera très bien vu.

Voilà voilà. Vous savez l’essentiel pour bien passer les prochains matchs. Pour l’ambiance, préférez une table bien garnie en alcool, fromage, chorizo et olives. bannir la crêpe suzette à ce stade de l’apprentissage des us et coutumes latinos. Ce serait dommage de tout foutre en l’air pour une histoire de sarrasin, non?

Y suerte a todos!





Sondage Canadien

27 05 2010

Catherine est canadienne et prépare un gros travail universitaire sur l’Argentine. Parmi les membres du groupe, Catherine est la seule à traiter le sujet de la culture Argentine, ses codes et ses spécificités. Ca me fait pitié, en plus elle est à la bourre!

Vos reponses à ces 10 petites questions l’aideraient grandement à bâtir son travail. Les questions sont numérotées et je lui transmettrai bien entendu toutes vos réponses ainsi que vos commentaires. Allez les français d’Argentine, soyons solidaires!

Voici les 10 questions numérotées:

1-      Comment se déroulent les premières présentation avec un argentin? Les trouvez vous directes?  Les rencontres sont elles formelles ou peut on aborder librement avec n’importe quel sujet?

2-      Quelle est la part de la gestuelle, regards et silences dans une conversation avec un argentin? Quelles seraient leur signification?

3-      Les cadeaux d’affaires sont-ils bienvenus et bien perçus? Doit on y répondre et de quelle manière? Il y a t’il des présents inappropriés ou qui porteraient à confusion?

4-      Comment sera interprété un regard soutenu ou direct lors d’une conversation ? Quel message envoit-il ? Fuir un regard serait il mal perçu?

5-      Comment dois-je me comporter dans des relations sociales en Argentine ?

6-      Dois-je manifester mes émotions ou mes sentiments au travail ou en public ? Est-ce bien vu de les montrer ?

7-      Les pauses, silences et l’intonation de la voix  sont-elles perçues comme embarrassantes ou constructives?

8-      Quels sujets peuvent être abordés ou évités lors des repas d’affaires? Il y a t-il des comportements à proscrire?

9-      En société, certains gestes argentins ont ils une signification précise et différente qu’au Canada, qu’en France?

10-      Lors des négociations ou des discussions importantes, est-il préférable de traiter un sujet a la fois au complet ou bien peut on passer d’un sujet a l’autre sans problème?

Catherine doit clôturer son travail d’investigation Vendredi 04 juin au plus tard. N’oubliez pas les numéros dans les réponses!

Merci pour elle. 

Un petit conseil: repondez à ce questionnaire entre amis, c’est tres divertissant! ;-)





La pensée du jour

27 05 2010

Le jeu des 150.000 visites est déjà concocté… Depechez vous nom de Dieu! ;-)





Dûr dûr d’être patron

10 05 2010

Surtout en Argentine me direz vous. Et bien oui, je suis en colère. J’en suis seulement à l’étape de verification du cahier des charges pour pouvoir habiliter un local vide en "Patio de comida" (comprendre Cafeteria-vente à emporter) que j’ai déjà envie de me remettre au lit! La raison? Un classique bien huilé de l’administration argentine ou tout le monde se renvoie la balle pour bosser le moins possible et être tranquille devant son maté ( je vous dis que je suis en colère!). Je vous explique brievement: le jeu est "Avis de recherche". Les regles sont simples: Vous etes lachés dans une tour de 19 etages et vous cherchez la personne responsable des "habilitaciones". Vous verrez, c’est amusant deux minutes, pas plus. Cette scène se deroule au ministère du commerce et des entreprises de la province de Buenos Aires. Etant donné que personne ne me repond au telephone quand on appelle et que je suis à quelques patés de maison du centre, j’ai decidé d’y aller….Grave erreur Clément! Mon optimisme, ma motivation et mon engouement ont pris un serieux coup dans l’aile. J’ai été transbahuté de bureaux en bureaux, j’ai parlé a 4 personnes en même temps, je me suis carrement fait dire que je m’etais trompé de batiment à un moment, personne ne sachant rien sur qui s’occupe de ce genre de dossier, et personne ne connaissant la personne des habilitations ni comment commencer la procedure. Bref, le neant total. Et à la mairie hein! Ca commence bien. Je suis donc revenu chez moi bredouille et ça me chiffonne enormement car j’ai reperé un local tres prometteur et je suis sur le point de signer le bail!! Je veux savoir par avance si je peux ouvrir un coin cuisine et faire les amenagements necessaires pour être aux normes! Quelles normes? c’est une tres bonne question…..Ca m’enerve je vous dis.








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 248 followers

%d bloggers like this: